Flos: Une référence dans l'industrie du luminaire design!

Flos: Une référence dans l'industrie du luminaire design!

 

 

À l’origine de Flos, il y a une pensée de mettre de l’avant une idée lumineuse afin d’intégrer un éclairage artificiel dans un objet qui changerait le mode de vie des Italiens. À cette époque, l’Italie était ravagée par la guerre mais pourtant effervescente d’inventions nouvelles à l’infini. Vers la fin des années 50, Dino Gavina, un homme individualiste et envahi par l’idée que l’Italie devrait être la nouvelle patrie d’une culture de l’ameublement, rencontre l’inventeur et entrepreneur Merano Arturo Eisenkeil.  Cet homme avait créé beaucoup de nouveaux meubles entouré de créateurs tel que Achielle et Pier Giacomo Castiglioni, Ignazio Gardella, Carlo et Tobias Scarpa et d’autres génies de l’architecture.  Le moment était venu de créer de nouvelles lampes.

 

Lampadina

 

 

Dans le cas de Flos, la rencontre avec les frères Castiglioni est une chance. La mort malheureuse et prématurée en 1968 de l’un deux, Pier Giacomo, oblige la continuité de l’alliance avec Achille seulement. Dino et Achille sont inventeurs plus qu’architectes, artistes en plus d’être designers. Ensemble ils sont capables à l’aide des composantes industrielles existantes de l’époque de créer de nouveaux objets tel  la Toio ou le taoubret Mezzadro pour Zanotta. Ensemble, ils ont inventé des luminaires tel l’Arco, la Splugen, la Black and white ou la Parentesi (conçue en 1969 avec Pio Manzù) qui sont de nouvelles formes et façons de mettre l’éclairage artificiel dans un enveloppe différente qui se démarquent du marché et font parler d’eux. L’alliance grandit avec l’ajout au duo de Sergio Gandini qui devient un pivot central de tous les choix et développements de nouveaux projets. Il ne s’agit plus de créer seulement un objet mais de projeter son cycle de vie sur le marché. C’est la rencontre de la ‘’ belle utopie’’ du designer concepteur de créer un objet au goût du public qui devient une nécessité. Cette nouvelle ligne directrice fait travailler ensemble Gandini, Castiglioni et Scarpa sur des problèmes comme l’emballage, la présentation graphique, le stockage et la distribution avec le même engagement consacré à l’étude de la lumière ou au matériel utilisé pour le produit.

 

 

Taccia

 

 

Spécialement dans le secteur du design, si être postmoderne signifie prendre acte que le modernisme avec son purisme fini dans un impasse, alors les choix du jeune Piero Gandini semblent non seulement brillants du point de vue business mais aussi voués au succès. Il a l’intuition que les produits d’éclairage mise en scène dans nos décors et espaces sont destinés à changer radicalement grâce à une bonne dose d’ironie et d’auto-ironie des créateurs. Au fil des années Flos reste toujours Flos et Achille Castiglioni reste une source d’inspiration et création continue tel qu’avec la nouvelle Taraxacum en 1988.  Cette réinvention de la fleur et l’ultime hommage à l’ampoule incandescente présentée dans une grande fête à Milan dans le Palazzo Visconti est déjà osée alors qu’à Euroluce, dans un stand teinté encore plus d’ironie, apparaissent les produits invisibles parce qu’emballées sans un léger papier pelure. Et même un auteur comme Tobia Scarpa se libère du langage puriste de ses premières pièces et invente, suivi par Piero Gandini, un produit curieux comme la lampe de table articulée Pierrot (1990). Produite et éditée en quantité limitée, elle exploite la basse tension pour offrir des bras plats avec des finitions diverses, y compris un graphisme qui réinterprète l’idée de décoration que le modernisme orthodoxe avait tenté d’éliminer.

 

IC Lights 

 

Mais le vrai changement stratégique se fait avec l’arrivée de Philippe Starck, qui commence sa collaboration avec Arà (1988) pour produire une curieuse lampe orientable en forme de corne qui reflète l’imaginaire de fable d’un auteur lancé vers l’extrême popularité.  Piero Gandini a déjà eu l’intuition des possibilités commerciales du travail de Starck et accepte volontier quand celui-ci, désormais très affirmé en tant que designer, propose de produire en série un petit objet en plastique imaginé pour un hôtel de  New York, Miss Sissi.  C’est une espèce d’icône de l’abat-jour, “What everybody thinks in their unconscious a lamp is”, “Ce qu’est une lampe dans l’inconscient de chacun ” dira Starck des années après dans sa conférence. Sergio Gandini est perplexe au début, mais en 1991, la lampe est fabriquée et c’est un succès incroyable. Comme le raconte Piero  dans une interview avec Francesca Picchi et Valerio Castelli:  “Nous avons vendu huit mille Miss Sissi en dix jours, nous avons été contraint de remonter les moules quatre fois en quinze jours, et l’année suivante nous en avons vendu plus de cent mille”.

 

Arco

 

Comme aime le dire Enzo Mari : Si le design est une guerre, alors avec cette intuition de succès, Piero Gandini a gagné sa première médaille sur le champ de bataille comme un vrai entrepreneur disposé à affronter le risque d’un investissement sur la base d’une idée simple qui n’est en rien une garantie de résultats, même si elle vient d’un designer intelligent comme Starck. Depuis lors, entre les deux, s’instaure un rapport d’amitié et de confiance, sur lequel se base une collaboration toujours plus étroite, jusqu’à faire de Starck, en peu de temps, un nouveau membre du comité d’image Flos, auquel depuis vingt ans ne participaient que Scarpa et Castiglioni, et Sergio Gandini. Une fois les doutes sur l’opération Miss Sissi passés, ce dernier entame aussi un long et affectueux adieu à la société et à sa direction, qui aboutira à une transmission générationnelle réussie.

 

Fucsia

 

Pour conclure, Flos se positionne sur la ligne subtile qui sépare et réunit l’art et le design, la production artisanale et la production industrielle, la série limitée et celle à grande échelle, la pensée individuelle et la pensée collective.

 

Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse de courriel ne sera pas publiée
* Champs obligatoires